Bon bah voilà, il fallait bien que cela arrive un jour… Comment aurais-je encore pu m’en préserver? Je savais bien que j’allais finir par y passer mais j’ai tenté de freiner le processus, j’ai même (je crois) espéré pouvoir y échapper…

Oh non, je ne parle pas de l’opération des dents de sagesses que j’ai subie et par laquelle doit passer la casi-totalité des jeunes adolescents; pour ça, je m’y suis pris un peu plus tard, voilà tout.

radio de mes dents

Bien que cela pourrait-être une explication à mon geste… Peut-être bien que sans cette intervention médicale je n’en serais pas arrivé là… Sans cette fatigue généralisée, sans cette affreuse sensation dans la bouche, sans cette interdiction de fumer afin de faciliter la cicatrisation… Peut-être aurais-je pu éviter ce choix ultime, ce choix que je n’arrive toujours pas à évaluer correctement, ce choix qui entrainera des conséquences qui me sont encore totalement inconnues…

En effet, ça y est je m’ennuie, trop fatigué pour dessiner, pour apprendre, pour tourner donc: je commence à écrire sur mon blog.
Cela peut vous paraître anodin mais réfléchissez: plus que les vidéos, plus que l’image, plus que le son, l’écriture est la vitrine de son maître. Elle est sujette aux jugements et aux critiques les plus virulentes! Aux passions et aux fantasmes également et en contre partie, évidemment…
J’ai MA façon d’écrire, mon français, mes mots, mes expressions; alors tout ceci n’est peut-être pas juste, pas exactement au bon endroit, au bon moment, de la bonne façon, mais c’est ainsi que je m’exprime lorsque j’ai besoin de le faire par écrit.

C’est un peu le grand saut pour moi… Ça fait quelques temps que j’écris des choses personnelles pourtant, j’en postais même sur mes blogs précédents, mais là c’est différent. Aujourd’hui la blogosphère n’a plus ce petit côté sympathique et familiale où tout le monde y va avec sa propre recette, où tout se mélange, s’accorde et que cela suffit pour créer des communautés assez ouvertes et curieuses pour accueillir d’autres gens qui ont des choses à dire, ou non (mais qui le font bien tout de même).

Aujourd’hui la blogosphère française se compose de mecs dans la com’ ou dans l’e-business qui font de l’e-veilles en copiant tous les liens de leurs agrégateurs préférés et qui, de temps en temps, font des articles de type « les 100 trucs à faire pour être à la page » ou « les 50 trucs à pas faire parce qu’être à la page ça suffit plus, faut être hype aujourd’hui ».
Il reste aussi tous les technophiles qui continues à survivre en déballant du matériel hi-tech qui fait saliver tout le monde mais ils sont de plus en plus rares… Et puis… Et puis avant il y avait les podcasteurs dans la blogosphère. Mais les réseaux sociaux sont plus simples à utiliser et proposent une meilleure visibilité, c’est certain, quelques-uns ne s’encombrent même plus d’un blog pour proposer leur contenu aux jeunes geeks à la recherche de LOLz.

Soit, le blog devient has-been ou élitiste
Confronté à cette situation je préfère choisir le has-been et retourner aux vieux blogs que je lisais avant, retrouver cet esprit sympathique, ces dossiers composés de centaines de milliers de caractères et de plusieurs dizaines d’images qui parlaient de tout et de n’importe quoi… C’était agréable je trouve!
Je n’irais peut-être pas jusqu’à là mais cette direction à l’air plutôt intéressante! Il ne faut pas s’arrêter ici, je continuerais mes vidéos dès que je serais filmable et en plus grande forme, je vous parlerais de mon site pro que je suis en train de mettre sur pieds et j’alimenterais mon tout nouveau soundcloud mais le texte a encore sa place sur les blogs, même pour des sujets futiles…

Et puis, le has-been est de toutes façons destiné à devenir un peu hype, non?